Océane, épisode 5 et fin

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Océane, épisode 5 et finSur ma chaise, dans ma chambre, j’attache Océane. Entre l’assise et le sexe d’Océane, j’enfile un petit vibromasseur que je peux commander à distance. Dans le lit, je baise avec Gisèle tout en jouant de cette commande. Quand Gisèle est sur le point de jouir, je mets le vibromasseur à fond et les deux femmes finissent par jouir de concert. C’est seulement à ce moment que je vais délivre Océane. Que je lui impose de lécher la chatte humide et odorante de Gisèle en étant encore menottée. Dévouée soumise, Océane se fait un plaisir de m’obéir. Je le vois à son visage toujours aussi radieux dans ces moments. Je me glisse entre ses jambes et l’encule lentement, sans trop de préparation, comme une punition qui perdure. Une fois en elle, je vais et viens, toujours sans complaisance autre que mon seul plaisir. Océane, je le sais, prend cela comme une bénédiction. Il n’y a qu’à voir son corps se mettre à onduler sous mes coups de boutoir entre ses fesses. Là, il me faut une pause, Gisèle en profite pour venir lécher et sucer ma queue. Je sais ce qu’elle veut de moi et je vais le lui donner. Elle adore me boire, c’est son vice, elle me l’a avoué dès notre première rencontre. Dans sa bouche coule le contenu de ma vessie sous le regard très étonné d’Océane à qui je fais signe de s’approcher. Je vois une légère marque de dégout sur sa bouche. Après les dernières gouttes d’urine, j’oblige Océane à embrasser Gisèle à pleine bouche. Cette dernière en a garder un peu dans sa bouche pour le partager avec ma douce soumise. Après ce baiser de feu, Océane me regarde différemment. Elle semble avoir envie de gouter à plus. Couchée sur le dos, je place Gisèle, son sexe au-dessus de sa bouche. Ma queue dans la bouche de Gisèle, cette dernière se soulage à son tour et Océane semble se délecter car elle colle sa bouche sur la vulve de Gisèle. Océane fait tout pour ne pas laisser échapper la moindre goutte d’urine. Puis, sa langue s’amuse avec le clitoris de Gisèle qui jouit très vite et moi avec, éjaculant sur son visage et sa chevelure.Maintenant, après une courte pause, en sachant le sexe d’Océane encore un peu douloureux, je la baise. Je la baise pour la faire jouir comme j’aime la voir prendre son pied et Gisèle prend part, agaçant les sens de mon Océane par ses caresses, ses baisers. Gisèle en profite même pour lubrifier ma main droite, son cul. La suite est facile à deviner, ma main s’enfonce lentement dans cet anus qui se dilate en douceur. Avec Martine, ma coiffeuse, Gisèle est de ces femmes qui aiment les plaisirs extrêmes. Un fisting ne lui fait pas peur, bien au contraire. Ma main va-et-vient, parfois, je ferme mon poing pour mieux le tordre dans son cul et Océane qui jouit en hurlant comme jamais. Cette fois, Océane est entièrement soumise et, comme pour Gisèle, prête à tout pour prendre son pied. Du reste, c’est elle, comme Gisèle qui étale de gel lubrifiant sur ma main gauche, son cul. Près de Gisèle, les deux femmes s’embrassent longuement quand ma main gauche commence sa pénétration dans ce cul si délicieusement étroit.-Après, je fouetterai vos culs avec mon martinet, mes salopes.-Pourquoi pas maintenant ? Me demande Gisèle et elle se rend compte que c’est juste impossible. -Tu comprendras que je n’ai que deux mains, ma petite pute de boutiquière.-Alors défonce, déchire tes putes, éclate nos culs comme ils le méritent. Oh, pas besoin de me le commander, c’est en cours. Je vais et viens avec mes bras. Je défonce, m’enfonce davantage. Puis, soudain, les corps se raidissent, agrippée l’une à l’autre, les deux femmes laissent leurs plaisirs s’exprimer librement et c’est un long festival d’onomatopées, de râles et autres expressions de bonheur. Cette fois, aucun de nous ne peut continuer. Sur le lit, entouré de mes belles, on en vient à parler de nos désirs cachés. Nous laissons Océane nous parler afyon escort de ses fantasmes. En l’écoutant, je devine que ses lectures érotico-SM y sont pour beaucoup. Pour Gisèle, c’est autre chose, elle est plus dans le romantisme, pas celui à l’eau de rose, non, le romantisme sexuel. Pour mon compte, je m’adapte aux désirs de mes partenaires. Cependant, j’avoue que l’arrivée d’Océane dans ma vie, a quelque peu bouleversé mes fantasmes. Les jeux de soumission et de domination m’attirent davantage même s’il m’arrivait de verser, de temps à autre, dans ces jeux en fonction de mes partenaires. Enfin, comme promit, je fustige ces deux culs bien relevé à l’aide de mon martinet. Les deux femmes ne cessent de s’embrasser, de se caresser et puis, l’inattendu arrive, Océane hurle de bonheur. Quant à Gisèle, il lui faut encore une petite dizaine de coups pour la faire enfin jouir.L’aube se lève, Gisèle se fait doucher par Océane. À les entendre, elles y prennent plaisir et du plaisir encore et encore. Après un copieux déjeuner Gisèle s’en va, me laissant une enveloppe que je tends à Océane en lui disant que désormais, c’est à elle qu’il revient de tenir ma comptabilité. Devant mon petit bureau, je lui sors tout ce qui concerne mes comptes. Appliquée, Océane se met à l’ouvrage pendant que je file me doucher à mon tour. En revenant, Océane s’est menottée à ma chaise de bureau, porte des pinces sur ses tétons et un collier fait d’une chaine cadenassé à son cou, la clef bien en évidence sur mon bureau. -Tu cherches à me démontrer quoi ?-Que je suis à vous quoi qu’il arrive, Monsieur Raymond.-Et tu as besoin de tout ça pour te sentir mienne ?-Oui, Monsieur Raymond. J’aime à me sentir prisonnière de vos fantasmes. Cette nuit, quand je me suis gavée de l’urine de Mademoiselle Gisèle, j’ai eu comme un déclic.-Je vois ça. En fait, comme je ne t’oblige en rien, que tu peux même aller voir ta mère, je ne vois pas pourquoi je t’obligerai à… (J’allais dire des choses qui dépassaient mes pensées et brisé le charme d’Océane en le décevant.)-Monsieur Raymond, je vous aime. Je veux ne plus être autre chose que votre bien obligeante soumise. Ceci n’est là que pour me convaincre davantage que ma place est auprès de vous en tant que soumise.-J’accepte alors. Sache pourtant que je t’aime bien plus que tu ne serais le croire. Je la débarrasse de ses pinces, mais pas comme Océane s’y attendait, en tirant lentement dessus jusqu’à ce qu’elles lâchent prise dans la douleur. Océane se laisse faire, criant quand les pinces étirent ses tétons et lâchent enfin prise. Ensuite, j’ai retiré ses menottes pour des bracelets de cuir cadenassés et une chaine entre chacun d’eux. Je fais de même avec les poignets que je relie à la chaine des chevilles. La voilà parée pour deux jours d’entrave. Maintenant, je l’envoie faire ma chambre, ranger le donjon et terminé ce que sa mère n’avait pas eu le temps de nettoyer, ma cuisine. Quand badaboum une pile de casseroles s’écrase dans ma cuisine. Océane se presse déjà à tout ramasser. Oh, ce n’est pas de sa faute, mais de la mienne avec ma sale manie de ne pas être le plus ordré qui soit. Je voulus me baisser pour l’aider. Le regard quelque peu furieux d’Océane me surprit. -Mon Maître n’a pas l’art et la manière de tenir sa maison très rangée. Aussi, je vais m’attacher à en faire une maison propre et parfaitement rangée. Après quoi, il me faudra aller voir ma mère et la remercier de m’avoir inculqué cette manière de faire.-Comme tu le vois, je suis loin d’être parfait. Je te fais confiance, connaissant ta mère, je sais que tu feras pour le mieux.Je quittais la cuisine, pas vraiment fier de moi pour une fois…En une après-midi, sans ne rien faire d’autre que de vider ma cuisine de tout son contenu, de tout nettoyer à fond et tout ranger, Océane fait un miracle. Devant son corps sale, je m’agenouille, escort afyon posant sa cuisse gauche sur mon épaule droite, je me mets à lui lécher son sexe malodorant. Je ne sais pourquoi, mais ce gout, cet arôme de sale, tout cela m’excite. Je ne tarde pas à la coucher et lui faire l’amour en guise de remerciement pour son travail. Même très sale, le corps de mon Océane est toujours aussi parfait. Je la délivre de ses entraves et, dans le feu de l’action, l’autorise à me fesser. Là, sa main claque divinement sur mes fesses, je l’encourage, je bande à nouveau, m’enfonce dans ce sexe éclot telle une fleur à la rosée du matin. Sa main claque et j’aime ça, c’est la toute première fois que je me fais fesser et putain que c’est bon. Nous jouissons ensemble, notre bonheur se laisse entendre loin à la ronde. Épuisée, je nous retourne, recouvre son visage, sa poitrine de mes baisers les plus ardents. Je suis fou de cette jeune femme de 20, moi, le vieux de 42 ans. Nous ne nous arrêtons pas là, sur mon lit, nous baisons jusqu’à épuisement. Dès mon réveil, tout est redevenu à la normal, Océane est parée de ses entraves et me nettoie mon petit donjon. Le temps d’une douche, d’une tartine, j’enclenche mes caméras. Je ne parviens même plus à la regarder sans ne pas bander comme une bourrique. Moi qui pensais être blasé, je ne l’étais pas. Cette petite Océane m’avait réveillé, oui, c’est exactement ça, réveillé. C’est comme si je retrouvais une seconde jeunesse. Plus je l’observe, la dévisage, plus j’ai envie de l’épouser sans attendre. Dans la cuisine, en fin de matinée, Océane nous prépare le repas, un repas dont elle possède elle seul le secret. Mais, pour le manger, elle me réserve une belle surprise en s’empalant sur ma queue tendue et me donnant à manger par sa bouche. Le soir, sur son corps, j’attache une longue corde, un bondage. Ensuite, je lui fais mettre une paire de bas noire auto-fixant et son long manteau. Outre ses chaussures à haut talon, je la pare d’un collier de cuir et d’une longue laisse. Je revois, sur son visage, celui des premières heures en ma compagnie. Je revois cette fille inquiète, apeurée, timide à souhait. Dans la rue, en laisse, elle me suit, docile, ses mains dans son dos. Nous passons sur une passerelle qui enjambe une route à grand trafic. On est vendredi et cela circule dans le sens du weekend. Au beau milieu, je la mets devant la rambarde du pont. Je me colle à son dos, ouvrant son manteau, dévoilant son corps aux automobilistes. La lumière des candélabres fait le reste. Plusieurs freinent sans pour autant s’arrêter. Nous restons ainsi une bonne demi-heure pendant laquelle je la caresse, l’embrasse jusqu’à ce qu’elle jouisse longuement et si merveilleusement. Enfin, je pose ses mains sur la barrière, la penchant un peu en avant. Je dégage mon sexe déjà tendu et la pénètre tendrement. Nous baisons ainsi. Je veux l’entendre hurler de plaisir. Ma queue va-et-vient en elle, parfois, elle glousse. Déjà son corps vibre de mes coups de queue. Alors qu’elle est sur le point de jouir, c’est plus fort que moi, je me penche à son oreille et la demande en mariage. Son bonheur n’en est que plus violent au moment suprême. Elle hurle un OUIIIIII long comme un jour sans pain. Je jouis de bonheur en cette femme devenue encore plus femme. Sa main dans la mienne, je l’entraine dans un parc non loin de là. Un coin de verdure au milieu du bêton de la ville. Sur un banc, je m’assois, l’obligeant à rester debout bien en face de moi.-Retire ton manteau et pisse.-Bien, Monsieur Raymond. Écartant ses nymphes, elle fléchit légèrement ses jambes et soulage sa vessie. Je me lève alors, me colle contre elle, sur le côté et caresse son sexe pendant qu’elle urine, l’embrassant à pleine bouche. Cette petite nouveauté entraine un nouvel orgasme chez mon Océane. -Monsieur Raymond, je vous aime. Faites de moi afyon escort bayan celle que vous désirez que je sois.-Tu le seras bientôt quand je passerai une bague en or à ton annulaire. C’est tout ce que je désire désormais. -Sachez alors que je serai toujours à vos ordres. -Toi, tu en veux encore. Est-ce que quelques chauffeurs serait calmer ton appétit ?-Si tel est votre volonté, qu’elle soit accomplie. Il n’est plus rien que je puisse vous refuser. Je l’entrainai, nue, avec sa seule corde et ses bas sur ce parking non loin de chez moi. En cette veille de weekend, ils n’étaient pas nombreux les chauffeurs à s’y être arrêter, une toute petite dizaine tout au plus. Deux d’entre eux discutaient en fumante une cigarette, une canette de bière à la main. -Messieurs, bien le bonsoir. Je vous apporte un peu de réconfort, cette demoiselle n’a d’autre désir que de vous faire jouir. N’est-ce pas Océane ?-Oui Monsieur !-À deux ou séparément, elle est à vous.Ce ne fut pas long avant qu’Océane ne soit remplie par deux belles queues. Les deux hommes étaient visiblement en manque. Pourtant, je pensais que ces deux hommes allaient très vite jouir. Grave fut mon erreur de jugement. Océane fut la tout première à jouir et quel orgasme. Aussitôt qu’elle gloussa de bonheur, les autres chauffeurs s’approchèrent. Très vite, Océane se retrouve prise par une queue supplémentaire, dans sa bouche. Alors que les deux premiers chauffeurs jouirent ensemble, deux autres prirent la relève. Cela dura ainsi plus d’une heure avant que je ne mette le holà. Poli et courtois, les chauffeurs emmenèrent Océane et me la lavèrent en gentlemen. -Messieurs, respect total. Je vois en vous de parfait gentlemen. J’ai noté les numéros d’immatriculation de vos camions. S’il je vous recroise sur ce parking, je ne manquerai pas de vous amener ma femme.On se but une bonne bière, Océane les embrasse tous à pleine bouche et nous sommes rentré corps contre corps, en amoureux transi. Dans notre chambre, elle me remercie pour ce moment qu’elle me décrit comme particulièrement exquis. Elle fait encore preuve d’imagination en me léchant mon cul, ma queue et enfin, bonheur suprême, en enfonçant sa fine petite main dans mon anus, jusqu’à presque son coude. -Merci mille fois ma chérie, il y avait si longtemps que je n’avais été enculé par une main. -Monsieur Raymond est trop bon avec sa petite salope.-Je ne le serai jamais assez avec toi. Tu sais, je ne crois pas que ta mère te prendrais au sérieux si tu lui racontais nos aventures. -Ça non, mais une chose est sûre, je suis prête à recommencer quand Monsieur le désire. -Tu es ma belle petite salope et cette petite pute, j’en suis fou. La prochaine fois, je t’habillerai en SDF, le visage un peu sale et je t’attacherais à l’un des camions. -Pour qu’ils me sautent tous, me violent. Oh oui Monsieur Raymond, surtout si en plus vous me punissez sévèrement après devant eu et que je rentre nue, en laisse, au petit jour. -Ton imagination est encore plus fertile que la mienne. -Je ne fais que suivre votre exemple, Monsieur. -Continue à labourer mon cul, pousse encore, oui, vas jusqu’à ce que je n’en puisse plus. Sa main s’enfonce encore pendant que ma bouche dévore sa chatte et son cul. C’est d’épuisement que nous tombons ensemble après un orgasme à vous réveiller un mort. Quelque temps plus tard, devant la mère d’Océane, nous nous jurions amour et, hum, ben faut bien, fidélité. La nuit même de la noce, nous baisions dans un club échangiste. Depuis, nous visitons ce parking où Océane y a maintenant ses fans. Devant eux, à chacune de nos visites, je la punis en la fouettant jusqu’à ce qu’elle jouisse. Mais je crois, au fond de moi, que le soumis n’est pas celui à qui on pense, enfin, pas toujours…Oh, avant que j’oublie, en clocharde, Océane est encore une plus merveilleuse jouisseuse, surtout quand on la traite comme cette salope qu’elle aime à être de temps à autre. Et puis, une idée fait tranquillement son chemin, celle du mariage. Oui, j’ai envie de l’attacher à moi davantage ou c’est moi qui ne veux plus qu’elle me quitte, allez savoir.Fin.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın